manifestation 2 septembre 1961 place Bellecour à Lyon. Cinq volontaires s’enchaînent avec Michel Hanniet

Michel Hanniet est né le 17 janvier 1941. Jeune instituteur, il refuse de répondre à sa convocation au service militaire en 1961. Il exprime ainsi son refus de la guerre d’Algérie ce qui lui vaudra une condamnation à deux ans de prison pour insoumission par le Tribunal militaire de Lyon. Incarcéré à la prison Montluc, il bénéficie des lois d’amnistie dès 1962. Il est réintégré dans l'Éducation nationale en 1963 et garde un lien privilégié avec l’Algérie.

L’itinéraire de Michel Hanniet est un exemple du refus de participer à la guerre d’Algérie qui a concerné environ 12 000 personnes. Il s’agit ici d’un cas d’insoumission, son témoignage permet de saisir toutes les étapes de ce choix et d’en mesurer les conséquences. Il montre un aspect important, relativement méconnu, des effets de la guerre d’Algérie

Biographie
Michel Hanniet est né le 17 janvier 1941. En 1961, il est appelé au service militaire. Ancien élève de l’École normale d’instituteurs de Beauvais, il est sensibilisé à la guerre d’Algérie par la lecture de la presse et les discussions entre élèves instituteurs. Son amitié avec un condisciple d’origine algérienne lui permet à la fois d’avoir conscience de ce que vivent les Algériens en France et de mieux connaître  l’Algérie. Lorsqu’il reçoit sa convocation militaire, c’est donc un jeune homme conscientisé, capable d’avoir une analyse de la situation « j’étais réaliste. Il y avait une guerre, elle était irrévocable et absurde ».
Après avoir été mis en contact avec le mouvement de l’Action civique non-violente (ACNV) , Michel Hanniet choisit l’insoumission.  Il décide de renvoyer sa convocation militaire accompagnée d’une lettre dans laquelle il expose ses motivations, il est déclaré insoumis par l’Institution militaire. Arrêté en septembre 1961 à Oullins, il est placé en quartier disciplinaire à la caserne de Sathonay-Camp.  Il passe en jugement devant le Tribunal militaire à Lyon où il est défendu par l’avocat Paul Bouchet. Il est condamné à deux ans de prison, pour refus d’obéissance et insoumission, et incarcéré à la prison Montluc à Lyon pendant neuf mois, jusqu’à la fin de la guerre. La fin de son incarcération est à la fois le résultat des lois d’amnistie et d’actions comme la grève de la faim du militant pacifiste Louis Lecoin. Michel Hanniet accepte de faire son service militaire à la condition que ce soit dans un service de santé, il est affecté à l’hôpital militaire de la Tronche près de Grenoble.
La réintégration dans l’Éducation nationale suppose qu’il retrouve ses droits civiques, ce que permettent les lois d’amnistie en 1963.
Ce témoignage est un exemple de cas d’insoumission parmi les quelques douze mille qui ont dit « non à la guerre sans nom » comme l’écrit l’historien Tramor Quémeneur. Dans sa thèse, il relève ainsi un aspect important de la guerre d’indépendance algérienne dont il nous permet de saisir les étapes :

  • la construction des motivations par les lectures, les discussions qui aboutissent à une forme diffuse de politisation,
  • la référence, certes imprécise, à une éducation religieuse et la contingence des rencontres,
  • la conscience claire des conséquences de l’insoumission pour soi et pour l’entourage,
  • la phase du processus judiciaro-militaire : quartier disciplinaire d’une caserne, Tribunal militaire, incarcération à la prison Montluc, lois d’amnistie.
  • Ce témoignage  permet aussi de découvrir les différents soutiens (associatifs, religieux), le rôle d’un avocat appartenant au collectif des avocats lyonnais défendant des accusés déférés devant le Tribunal militaire.

Comme souvent, le témoignage oral permet de saisir les attitudes humaines, ici caractérisées par une solide construction personnelle qui conduit à évoquer la formation antérieure à la décision et ses conséquences sur la suite du parcours de vie. Une accumulation de ce type de témoignages permet à l’historien de dresser une typologie des formes qu’a pu prendre le refus de participer à la guerre d’Algérie.