Famille Gharib - Simone Ghezali, Blida, novembre 1964  

Hadria et Albelhamid Gharib sont d'anciens militant.es de la fédération de France du FLN qui ont travaillé en liens étroits avec des catholiques Lyonnais.

Albelhamid Gharib est né en 1930 à Biskra, dans le Sud de l’Algérie, où il devient un militant du PPA. Il arrive à Lyon en 1954 et fréquente le père Carteron qui l’aide à s’installer. Il milite au MNA, dont il devient le responsable régional, puis au FLN.  Avec son épouse Hadria, il alerte les Français.es en les informant de la situation en Algérie et du sens de la guerre d'indépendance. Arrêté plusieurs fois, torturé par les policiers français rue Vauban, il prend la fuite vers la Suisse puis rejoint la fédération de France du FLN en Allemagne. Après un passage au Maroc, les Gharib  rentrent en Algérie après l'indépendance.

Hadria Gharib est née en 1932 à Biskra. Dans une fratrie de 7 enfants,  elle est la seule à être allée à l’école. Touchée par l’injustice et le comportement des colons à l’égard des Algérien.nes, elle devient sympathisante du PPA et développe une forte conscience politique. C’est lors de son arrivée à Lyon en juillet 1954 où elle retrouve son fiancé Albelhamid, qu’elle s’engage au MNA puis au FLN. Tout en élevant ses enfants, elle s’occupe de la conscientisation des Lyonnais.es. Déçue par l'Algérie, elle revient en France dans les années 1990.

Ils sont entendus séparément. Hadria parle de la naissance de sa conscience politique. Hamid raconte les tortures qu'il a subies dans les locaux du commissariat de la rue Vauban.

Biographie