Mouvements nationalistes algériens en Rhône-Alpes

Le nationalisme algérien naît et s'organise dans les milieux de l'immigration, essentiellement autour de l'Étoile nord­-africaine fondée par Messali Hadj en 1926. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) du même Messali Hadj regroupe près de 600 sympathisant.es à Lyon. En 1954, une scission s'opère au sein du mouvement, entre le FLN qui décide de l'insurrection le 1er novembre 1954 et Messali Hadj qui s'y oppose et crée le MNA un mois plus tard. Cette rupture, qui repose sur des stratégies politiques et militaires différentes, débouche sur une lutte fratricide en Algérie comme en métropole.
Ainsi à Lyon, la population immigrée devient un enjeu majeur de cette lutte. Aux intimidations, succède l'action des groupes de chocs levés par les deux organisations rivales. Deux vagues de violence secouent la ville entre le printemps 1957 et le début de l'année 1961. Dès 1958, le FLN s'impose pourtant et s'identifie désormais à un Etat en construction, qui encadre étroitement sa population, prélève l'impôt et rend la justice. A partir d'août 1958, il mène des actions violentes en métropole. En septembre, trois postes de police sont attaqués à Lyon, provoquant la mort d'un gardien de la paix et des blessures aussi bien chez les policiers que chez les passant.es.
konected
Récits en écoute : Saad et Djamila TroudiAbdelhamid et Hadria GharibSaad AbsisRahim RézigatGeorgette SaïtMarie-Thérèse Polette 
grandensemble
Bibliographie :
Gilbert MEYNIER, Histoire intérieure du FLN, Paris, Fayard, 2002.
Mohamed HARBI, Le FLN mirage et réalité des origines à la prise du pouvoir 1945-1962, Paris, Editions Jeune Afrique, Paris, 1980
Paul-Marie ATGER et Arthur GROSJEAN, Les nationalismes algériens à Lyon et leur répression. in Béatrice Dubell, A. Grosjean, M. Thivend (s.d.), Récits d’engagement. Des Lyonnais auprès des Algériens en guerre, Saint-Denis, Bouchène, 2012