L'engagement d'un prêtre : Albert Carteron

Missionné en 1950 par le cardinal Gerlier pour se consacrer aux problèmes d'accueil des travailleurs nord-africains du diocèse, le père Albert Carteron s'installe dans un petit appartement au coeur du Lyon « algérien », au 28 rue Villeroy. Avec le père Henri Le Masne, ils hébergent des Algériens à leur arrivée à Lyon et essaient de leur trouver des logements. Albert Carteron réalise deux voyages d'études en Algérie, en 1952 et 1955.
Sa connaissance de l'Algérie coloniale, tout comme son rôle de prêtre auprès des immigré.es, le conduisent rapidement à prendre conscience de la légitimité de l'action des Algériens pour obtenir une dignité que seule l'indépendance peut leur apporter.
La personnalité du père Carteron en fait un acteur central parmi tous ceux qui s'engagent aux côtés des Algérien.nes. Respecté par les militants nationalistes, il travaille en lien étroit avec le service social du FLN.  Attaché à son église, il veille à informer sa hiérarchie et à faire connaître la cause des Algérien.nes dans les paroisses qu'il visite.
Albert Carteron
Récits en écoute : Jean-François BourcierRené BressatLouis MagninHadria et Abdelhamid GharibSaad AbsisMarie-Thérèse Polette
Albert Carteron
Bibliographie :
Béatrice DUBELL, Autour d'Albert Carteron, des catholiques lyonnais s'engagent. In Béatrice Dubell, A. Grosjean, M. Thivend (dir.), Récits d’engagement. Des Lyonnais auprès des Algériens en guerre, Saint-Denis, Bouchène, 2012